Résumé
Louis ADAM, Marchand cordonnier à Paris, est cité au contrat de mariage de François AVELINE et Pétronille DUMONT du 11 décembre 1729. L’inventaire, au décès de la deuxième épouse de Louis, nous renseigne sur les biens que possédait un cordonnier au début du XVIIIe siècle, cet environnement de François, de son père Jean AVELINE et de leurs épouses. Le logement avec boutique est typique de Paris. Nous découvrons aussi la rusticité de la cuisine.

Faits marquants
Louis habite d’abord rue Le Regrattier au décès de sa première épouse Marie Anne DEMOUY en 1681. Nous le retrouvons ici en 1702, Île Notre Dame, paroisse Saint Louis, dans une maison appartenant à maître Pierre Triquet, procureur au parlement.
Notre aïeul François a 23 ans en 1729, Louis devait avoir environ 60 ans. Ce dernier devait déjà être l’ami de Jean AVELINE. François aurait-il repris la boutique rue Saint Louis?

Transcription
18 février 1702
L’an mille sept cent deux le samedi dix-huitième dudit février deux_ de relevés à la requête de Louis ADAM, Maître cordonnier à Paris, y demeurant Île Notre Dame rue et paroisse Saint Louis en la maison appartenant à Pierre Triquet procureur en parlement tant en son nom à cause de la communauté de biens qui a été entre lui et défunte Marie DUMONT sa femme décédée le vingt-sept septembre mille sept cent un. Lui comme tuteur de Marie Geneviève âgée de dix-neuf ans et de Charles ADAM âgé de dix-huit ans, enfants dudit ADAM et de ladite DUMONT leurs père et mère, habile à le dire à porter leurs héritages chacun pour moitié de leur dite mère, en la présence de Pierre Guillain LE ROY aussi maître cordonnier à Paris y demeurant (1) rue de la Mortellerie paroisse saint Gervais subrogé tuteur desdits mineurs, _ avec ledit ADAM et _ qualité de _ _ parents et amis, homologué au Châtelet de Paris par séance expédiée par Gaudion, Greffier, le dix-septième des prédits mois et an, _ de laquelle _ l’acception desdites qualités fait que lesdits ADAM et LE ROY ledit jour dix-septième dudit présent mois et an. Pour la conservation des biens droits desdites parties desdits mineurs et de tout _ qu’il appartiendra, est par les conseillers du roi notaire garde notre garder _ au Châtelet de Paris soussignés suit le présent inventaire et description des biens meubles _ _ papiers _ défunte est _ de ladite convention et succession de ladite DUMONT a lieu ci-après déclarer où elle est morte, montant est mis en évidence par ledit ADAM qui a fait serment et fournir desdits notaires _ repr_ sans en lâcher _ _ pour les permis de droit avec introduction qui lui ont été données à entendre par les susdits notaires _ _.
Et pour la prisée des choses qui y sont sujettis a été nommé Charles Cappé, Huissier priseur _ de biens _ en la ville Châtelet prévôté et vicomté de Paris y demeurant en ladite île _ _ _ Louis _ qui a promis en faire estimation et _ _ _ selon le_ du _ avis ci qu’il _ et ont signé : Louis ADAM, Pierre Guillin LE ROY, CAPPÉ, les notaires P Pioger, Faudoire

Dans la cuisine derrière la boutique,
Premièrement une petite paire de chenets (2) a pelle et pincette, une crémaillère, une lèchefrite, une broche, une poêle à frire, deux fers à repasser, un gril, le tout de fer prisé ensemble avec un soufflet, quatre livres ci : 4 L

1. Grand-rue du Faubourg Saint Antoine paroisse Saint Paul le 13 mai 1699 lors du décès de son épouse Élisabeth XAINTIÉ AN Y5281 page 23
2. Pièce de bois durcie ou de métal, le chenet est placé dans la cheminée, positionné par paire, et sert à surélever le foyer et soutenir les bûches afin qu’elles n’étouffent pas les flammes. Il fait partie des principaux outils de la cheminée, avec le soufflet et la pelle.
page 2
Item une paire de chenets à pomme de cuivre jaune prisée quatre livres ci : 4 L
Item deux chaudrons, un moyen et un petit, un poêlon, une cuillère, une écumoire, une passoire, une bassinoire (1), une chaufferette, un paire de mouchette de cuivre jaune, deux lampes de même cuivre, prisé le tout ensemble avec trois chandeliers de potin (2) huit livres ci : 8 L
Item une fontaine de cuivre rouge garnie de son couvercle et robinet tenant trois sceaux ou environ prisée sur son pied de bois de chêne prisée vingt-deux livres ci : 22 L
Item en pots, plats et assiettes et autres ustensiles de ménage de zinc sonnant la quantité de cinquante livres (3) pesant prisé à raison de douze sols la livre revenant audit prix à la somme de trente livres ci : 30 L
Item une table de bois de chêne garnie de son tiroir à colonne torse, une escabelle [échelle] de pareil bois, une autre table de bois de sapin ou _ prisée sur son châssis prisé le tout ensemble trois livres dix sols ci : 3 L 6 s
Item un coffre de bahut carré couvert de cuivre noir prisée sur ses pieds de bois, une petite hache de bois de sapin, trois chaises de paille le tout tel quel prisé ensemble avec un petit tapis de tapisserie de Bergame (4) quatre livres ci : 4 L
Item une armoire de bois de chêne à quatre guichets et deux tiroirs prisée cent sols ci : 100 s
Item un bois de lit à hauts piliers garni de son enfonçure, une paillasse, deux matelas de bourrelavisse lit et traversin de coutil (5) remplis de plumes, une couverture de laine blanche, une autre rouge, deux oreillers aussi remplies de plumes la housse dudit lit de franges de mouy rouge et deux en vert apant_ et rideaux garnis de franches et molet de frange rouge prisé le tout ensemble cinquante livres ci : 50 L
Item quatre aulnes de tapisserie ou environ de Bergame faisant partie du tout de ladite salle deux rideaux de fenêtre de toiles ouvrées …
page 3
et unis avec leur tringles les deux petits miroirs de toilette prisés le tout ensemble comme tels quels trois livres dix sols ci : 3 L – 10 s
Dans une entre-salle au-dessus de ladite salle
Item un lite de repos en forme de _ sur lequel se_ trouve une paillasse, un lit de travers fin de coutil rempli de plumes, une couverture de laine blanche prisés ensemble douze livres ci : 12 L
Item une petite table de bois de hêtre tournée garnie de son tiroir, un coffre de bahut carré couvert de cuivre noir, un autre couvert de cuir à poils, deux chaises trois plans et en siège ployant couvert de tapisserie de points façon de Hongrie toile et autre tapisserie de pont d’Angleterre et un tour de cheminée de pareils points et le tout tels quels prisés ensemble quatorze livres ci : 14 L
Item une paire de balances de cuivre jaune prisée vingt sols ci : 20 s
Item un manteau de moire noir doublé d’un taffetas noir, un jupon de satin feuilles mortes et blanc, un jupon sergé (6) de coton rouge, deux paires de bas d’estame (7) prisé le tout ensemble quinze livres ci : 15 L
À l’égard du surplus des habits de ladite défunte Marie DUMONT ledit ADAM a déclaré les avoir vendu à particulier la somme de quinze livres qui ont été employés dans la communauté.
Et a signé Louis ADAM

Ensuite le linge
Item neuf draps de lays ? chacun de plusieurs façon de taille blanche à demi _ prisés ensemble comme tels quels dix-huit livres ci : 18 L
Item une douzaine et demi de serviettes tant de toile…

page 4
ouvrées que unies deux nappes et une douzaine de mouchoirs prisés ensemble six livres dix sols ci : 6 L – 10 s
Item trois chemises, deux camisoles (8) de bazin (9) et futaine (10) etc, un petit paquet composé de coiffe, cornettes, bonnets et autres de menu linge le tout servant à ladite défunte prisée ensemble cent sols ci : 100 s
Item une coiffe et une écharpe de taffetas noir prisé avec deux paires de souliers et une paire de pantoufle la somme de six livres ci : 6 L
Dans la boutique avant venue sur ladite rue Saint Louis
Item une presse garnie de ses _, un _ de bois de chêne, un tailloir droit selle_, deux râteliers, une planche, une échelle le tout prisé ensemble trois livres ci : 3 L
Item quatre douzaines de formes tels quels, un petit baquet, deux châssis, l’un servant de fermeture de la boutique et l’autre de cloison à la salle partie garnie de carreaux de verre, le marchepied où travaillent leur garçon du dit ADAM et les planches de l’entresol ci devant déclaré le tout prisé ensemble vingt livres ci : 20 L
Item un justaucorps veste et culotte prisée ensemble comme tels quels six livres ci : 6L
Et a ledit Cappé signé ladite prisée. Cappé
Ensuite les papiers
Premièrement six _ en parchemin du contrat de mariage d’entre Louis ADAM et ladite défunte Marie DUMONT sa dernière femme. Passé ci-devant Lange et Guillaume frères notaires à Paris le sept septembre mille sept cent vingt et un, contenu que les _
Et pour service communs en tous biens meubles et conquêts _ suivant la coutume de…

page 5
Paris, qu’ils ne seraient tenus des dettes et hypothèques l’un de l’autre _ _ _ leur mariage, et si aucunes y a elles seront payées par celui qui les aura faites. Sur ladite future épouse aurait apporté en dot aux futurs époux _ _ comptant, la _ de deux _ _ _ de la manière ci exprimée, que ladite _ moitié entrevoir en ladite future communauté et l’autre moitié lui demeurera propre et aux siens de son côté et ligue avec ce que lui échoiront en meubles immeubles. Su le future époux avoir doué la future épouse du douaire préfixe de soixante quinze livres une fois payé, su le survivant de ladite future épouse, prendrai _ _ des meubles de ladite communauté. _ voudra choisir suivant la prisée de l’inventaire et sans criée ou en _ à son option, jusqu’à la _ somme de _ quarante livres , qu’il serait promis à ladite future épouse de renoncer à ladite communauté et reprendre _ ce qu’elle a apporté audits futurs époux avec ce qui lui échoira par succession donation ou autrement avec lesdits douaire et préciput, sans être _ d’aucune dette de ladite communauté quoiqu’elle y eusse parlé s’y fut obligé ou y eut été condamné dont elle serait acquittée par les _ et biens desdits futurs époux, pour quoi elle aurait hypothèque de par susdit contrat de mariage. Et que ladite future épouse aurait été don_ entre _ audit futur époux, universelle en propriété de tous ses biens si au jour du décès d’elle il n’y aurait _ d’enfant nés et _ de leur mariage. Ensuite duquel est l’insinuation qui en a été faite audit Châtelet le trois octobre audit an mille sept cent vingt et un, Inv[ento]riée un
Y sont la grosse en papier de l’inventaire fait par les lesdits Langer [Pioger?] et Faudoire notaires le premier du mois de septembre mille sept cent vingt et un à la requête dudit Louis ADAM tant en son nom _ tuteur de Sigismonde, Marie Anne, Louise et Jacques ADAM enfants mineurs de lui et défunte Anne DEMOUY susdit sa femme, en la présence d’Antoine DEMOUY bourgeois de Paris, subrogé tuteur desdits mineurs habiles à eux dire et _ héritier chacun pour un quart de la dite Anne DEMOUY leur mère, desdits biens de la communauté qui a été entre elle et ledit Louis ADAM. En la première marge et en fin dudit inventaire est une mention comme il a été tenu pour clos en justice le cinquième dudit mois de septembre mille sept cent vingt et un.
Fait par notre greffier. Inv[ento]riée deux
Sur laquelle grosse d’inventaire à ce réquisitoire dudit Louis ADAM arrêté par les notaires soussignés a été fait _ des papiers ci contenus, et ainsi…
page 6
procédure s’est trouvé. La première cote, étant l’unique ci inventoriée et qui est le contrat de mariage d’entre ledit Louis ADAM et ladite défunte Anne DEMOUY sa première femme.
Ledit Louis ADAM a déclaré qu’il ne lui est _, ni à ladite communauté aucune dette échue.
Dette passive
Comme aussi a déclaré qu’il n’ont _ par la communauté et succession que la somme de cent livres pour _ _ qui échoira au dernier mars prochain du loyer desdits lieux qu’il _ du sieur Triquet à raison de trente cinq livres par _ an.
C _ après qu’il de s’est trouvé aucune autre chose être et appartenir à ladite communauté et succession, tous les meubles meublants, ustensiles de ménage, _ papiers et une _ contenus audit présent inventaire sont du consentement ledit LE ROY subrogé tuteur, demeurer en la garde et possession et ledit Louis ADAM qui s’en est chargé comme dépositaire et promis les représenter toutefois et _ et a qui il appartiendra, et le _ domicile et susdite demeure auquel _ et ont signé : Louis ADAM, Pierre Guillin LE ROY, les notaires Pioger, Faudoire
Tenu pour fait le vingt-_ février mille sept cent deux. Gaudion

1. instrument de cuivre que l’on remplit de braise pour réchauffer les lits. Elle est soit mobile et on la promène dans le lit au moyen d’un long manche de bois, soit fixée et on la suspend dans une petite cage de bois : que l’on appelle moine.
2. potin s.m. espèce de cuivre ; il y a deux sortes de potin, l’un composé de cuivre jaune & de quelque partie de cuivre rouge ; l’autre composé des lavures ou excréments qui sortent de la fabrique du léton, auxquels on mêle du plomb ou de l’étain pour le rendre plus doux au travail.  DIDEROT et D’ALEMBERT, Encyclopédie, 1762
3. la livre : 489,5 grammes.
4. grosse tapisserie, qui se fabrique avec différentes sortes de matières filées, comme bourre de soie, laine, coton, chanvre, poil de bœuf, de vache, ou de chèvre. C’est proprement un tissu de toutes ces sortes de fils, dont celui de la chaîne est ordinairement de chanvre, qui se manufacture sur le métier à-peu-près comme la toile. Quelques-uns prétendent que le nom de bergame lui a été donné, de ce que les habitants de Bergame en Italie en ont été les premiers inventeurs. Écrit par Denis Diderot /Arts & métiers/Tapisserie
5. grosse toile de fil utilisée pour matelas de plume, traversins, oreillers, tentes. Les pièces sont depuis 120 jusqu’à 130 aulnes de long, & depuis deux tiers jusqu’à trois quarts de large. Les coutils de Bruxelles sont très-estimés.
6. C’est une façon de tisser, les fils sont croisés, ce qui donne une bonne souplesse au tissu ainsi qu’une excellente solidité.
7. « bas qui se font avec du fil de laine très_tort, que l’on nomme fil d’estame, ou fil d’estain. Ces sortes de bas sont fort ras, n’ayant point été tirés avec le chardon. » Encyclopédie méthodique Commerce 1783 Tome 1
8. « Les camisoles se font comme les corsets ; toute la différence consiste en ce que, ne servant ordinairement que pour la nuit, elle doivent être plus lâches et plus aisées ; on les ferme communément par derrière, et elles se nouent par devant avec des rubans de fil ou de soie. » Descriptions des arts et métiers, Volume 14 publié par J. E. Bertrand
9. tissu damassé en coton
10. Étoffe de fil et de coton. Dictionnaire universel 1701

 

La famille de Louis ADAM
Louis ADAM arbre

Sources
AN ET-LX-172 et Y3990B